Avis de décès NECROLOGIE n° 86

Oct 4, 2014 by


1« L’ADFI Nord-Pas-de-Calais Picardie a le regret de vous informer que, depuis le 26 septembre 2014, elle a cessé ses activités (…) vous pouvez vous adresser à la Miviludes (…) »

Cet avis de décès en provenance de l’ADFI (« association de défense de la famille et de l’individu ») vient de me parvenir. Je suis d’avis d’inscrire sur la pierre tombale l’épitaphe suivante :

« Cette furie perpétuelle

Empoisonna ma vie

Passant, écoute mon avis

Avant qu’elle ne te querelle

Quitte prudemment ces lieux »

Ainsi, Carabosse n’est plus ! La Miviludes, organisme d’État, est chargée de la succession. Je lui conseille de n’accepter la succession que sous bénéfice d’inventaire. L’État Français a suffisamment de problèmes.

Dur jugement diront certains ! Et pourtant, vous n’avez pas idée de toutes les actions qui ont été entreprises par cette association dite « antisectes », depuis des décennies, le tout au nom de … « la défense de la famille et de l’individu ». Quantité d’anecdotes pourraient être relatées : obstructions à la construction de salles de culte, tentatives d’interdire les assemblées de Témoins de Jéhovah, interventions dans les procédures de divorce, émissions télévisées et radiophoniques ne respectant pas les principes du contradictoire et des droits de la défense, campagnes agressives, mensongères et haineuses…

Les ingrédients composant ces actions étaient constants : une grosse poignée d’intolérance, quelques cuillerées de discrimination, de contre-vérités, sans oublier la bêtise qui permet de relever le plat.

Le récit suivant illustrera le propos.

Nous sommes le 27 janvier 1995, un rapprochement entre l’Eglise des Témoins de Jéhovah et M le ministre de la Défense François Léotard permet de régler définitivement la question du service national. Mais, la circulaire du ministre n’est applicable qu’à compter du 15 février suivant. Le TCAM (tribunal correctionnel des affaires militaires) de Dijon (Côte d’Or), devant lequel j’interviens, fait une application anticipée de cette circulaire afin d’éviter la prison au jeune Témoin de Jéhovah qui comparaissait.

Cette décision est tout à l’honneur du juge judiciaire « gardien traditionnel des libertés individuelles » (libertés de culte, d’opinion, de conscience…). La nébuleuse ADFI a connaissance de ce jugement. La réaction est vive, alerte générale le Pays est en danger (pour information, à l’époque 450.000 jeunes étaient appelés sous les drapeaux et 150.000 ne faisaient pas leur service national pour des raisons pas toujours honorables).

La présidente de feu ADFI Nord-Pas-de-Calais réagit immédiatement et adresse, sous entête de la « filiale » intitulée « Coordination nationale… » (association « mort-née ». Décidément !) un courrier de protestation au tribunal de… Privas (Ardèche). Dijon ! Privas ! Comprenne qui pourra ! Mais, dans l’esprit de l’ADFI, il ne peut s’agir que de Privas, lieu d’exercice de mon activité professionnelle d’avocat. Rappelez-vous : « la bêtise qui permet de relever le plat »

Le lecteur trouvera ci-après l’échange de correspondances qui est intervenu à propos de cette affaire dans laquelle, la présidente de feu ADFI Nord-Pas-de-Calais demande d’une part l’abrogation de la circulaire du ministre de la défense jugée « trop compréhensive », et d’autre part à ce que la justice soit rendue en « toute objectivité et en droit ». Bref  et en quelques mots, le juge ne connaît pas le droit, le jeune doit être envoyé en prison « dans l’intérêt même des 600 à 800 jeunes » le tout au nom « de la défense de la famille et de l’individu » !!!!

Heureusement que le ridicule ne tue pas et que la bêtise n’est pas contagieuse.

 lettre_charline2reponse_paturel

 

Mon courrier ne recevra aucune réponse.

Le lecteur : « Nooooooon, c’est pas possible ! »

Moi : « Mais si, mais si. Que voulez-vous, c’est toute une éducation à refaire. D’ailleurs, maintenant il est trop tard »

Vous comprendrez, dès lors, que cette disparition, bien trop tardive, ne soit pas une cause de deuil national.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer